Virginie CALMELS
Vice-présidente de Bordeaux Métropole ; Maire Adjointe en charge de l'Economie, de l'Emploi et de la Croissance durable - Marie de Bordeaux
« Conclusion »
Début de la conférence à 12H50

Aux côtés d'Alain Juppé, Virginie Calmels est adjointe au Maire de Bordeaux en charge de l'Economie, l'Emploi et la Croissance durable. Elle est également vice-présidente de Bordeaux Métropole. Elle a commencé sa carrière en 1993 au sein du cabinet d'audit Salustro Reydel. Elle a ensuite rejoint le groupe Canal+ (1998-2003) où elle a exercé différentes fonctions dans la direction financière avant d'être promue co-directrice générale déléguée de la chaîne Canal+. Elle dirige ensuite Endemol France puis Endemol monde comme directrice générale jusqu'en janvier 2013. Virginie Calmels est également Présidente du Conseil de surveillance d'Euro Disney et d'Euro Disney Associés S.C.A. depuis janvier 2013.

“ Comment coproduire la ville intelligente? ”

Virginie CALMELS

Le forum smart City sera une occasion supplémentaire de prendre la mesure des avancées de la problématique de la villee intelligente. On y parlera d'outils, de capteurs, de données, bien naturellement.

 

Un des enjeux essentiels de la réussite de l'invention de vie intelligente, et de l'adaptation de ce concept général à la réalité d'un territoire et de nos métropoles, réside très probablement aussi dans la qualité de la méthodologie employée pour associer les citoyens.

 

Le numérique n'est pas spontanément générateur d'échange, même s'il peut en être un puissant accélérateur. La tentation de l'innovation descendante est toujours à l'orée du bois. Et sous le concept général de smart City ou de living lab, on a parfois réhabillé des pratiques qui consistaient

 

à faire tester par les citoyens, en dernier ressort, des modèles ou des services largement prédéfinis.

 

Je crois que la vie intelligente ne peut être que participative. Non pas seulement en raison d'une proposition de principe générale, mais parce que nous observons en permanence l'effet de levier gigantesque que constituent les appels à la société civile et l'association étroite des savoir-faire locaux.

 

La ville intelligente doit également être responsive. Je reprends à dessein ce terme hérité de l'adaptation des interfaces des sites web à l'appareil qui les lit. De la même manière qu'on ne peut plus aujourd'hui concevoir un contenu indépendamment de son contexte de lecture, la ville intelligente doit adapter ses offres de services, leur intensité, leur temporalité à l'expérience de l'utilisateur. Il ne s'agit pas d'offrir des catalogues de services, des torrents de données en permanence, mais au contraire de faire prévaloir un principe de pertinence et d'économie.

 

Cette ville responsive est donc également responsable : elle utilise la raison, elle écoute les retours utilisateurs, elle fabrique dès l'origine des services qui répondent à des besoins pour inventer cette fluidité dont nous avons tout besoin : être informé des horaires de telle institution quand je m'apprête à m'y rendre, connaître les offres culturelles en fonction de mes goûts, avoir le plaisir d'être surpris par une proposition d'activité bienvenue, au bon momnet.

 

À condition que nous suivions ce cahier des charges, nous ferons de la vie intelligente, responsive et raisonnée le lieu d'un nouvel urbanisme, celui de la bonne information pour tous.

 

J'y vois, comme vous tous, un puissant levier de démocratie.

Un événement
La Tribune Bordeaux Métropole
En partenariat avec
Plan du site
Logo La Tribune Logo La Tribune Bordeaux
Logo facebook
Logo twitter
Logo google +
Logo facebook
Logo twitter